19 mars 2009
24,90 euros €
96 pages
137 x 210 mm
Relié +1 CD
ISBN : 978-2-84597-321-3
Aime Cesaire, Discours sur le colonialisme
Dit par Antoine Vitez, commentaire de Daniel Delas
Antoine Vitez a su insuffler à la lecture qu'il a donnée en 1989 du Discours sur le colonialisme d'Aimé Cesaire la rigueur rageuse de ce réquisitoire sans haine ni pathos, imprégné d'humour et d'amour. On y retrouve l'humanisme sans complaisance de Césaire et l'on redécouvre avec émotion la force d'un texte écriot au début des années 1950, qui pose encore aujourd'hui la question coloniale que l'Occident n' apas su affronter. Vitez se fait l'écho du poète engagé dans le combat de la négritude, porte-voix de milions d'individus que l'hypocrisie européenne et le mensonge collectif ont littéralement écrasés. La décolonisation des esprits, comme le note Daniel Delas dans son commentaire, n'a pas encore eu lieu. Dans un contexte politique centré sur les questions d'identité nationale et d'immigration, cette lecture en rappelle l'urgence.

Aimé Césaire est le fondateur du mouvement littéraire de la négritude, poète, dramaturge, essayiste, anticolonialiste résolu, il était aussi un homme politique français. Il est mort le 17 avril 2008 à Fort de France.

En coédition avec l’Ina.
En partenariat avec RFI.

Professeur émérite à l’Université de Cergy-Pontoise, Daniel Delas est président de l’Association Pour l’Etude des Littératures Africaines. Il est spécialiste de Léopold Sédar Senghor et d’Aimé Césaire.