22 février 2017
55 €
224 pages
20 x 28
relié
En coédition avec le Mucem
Avec le soutien du Centre national des arts plastiques
Zone de sécurité temporaire
Introduction de Jean-Christophe Bailly, préface de Géraldine Bloch

Cette rétrospective révèle l’ampleur de l’œuvre de la photographe Anne-Marie Filaire.

Une œuvre dense, engagée aussi rigoureuse qu’empreinte de poésie. C’est près de 25 ans de travail qui est présenté dans ce livre, tandis que l’exposition du Mucem se concentre sur la zone Israël-Liban-Palestine.
Depuis les montagnes réconfortantes de son Auvergne natale jusqu’aux poudrières du Moyen-Orient, Anne-Marie Filaire s’intéresse aux paysages, aux frontières, aux zones de démarcation. Mais plutôt que s’attacher à l’enregistrement de l’événement, ses photographies renferment des couches d’histoire sous leur singulière beauté.
Silencieuses, ses images révèlent les traces de conflits comme les traces de passages, échanges, porosité. « Attentive aux souffles de l’histoire, Anne-Marie Filaire s’attache autant à ses fracas qu’à ses repos » affirme Géraldine Bloch dans sa préface.
Comme une archéologue, Anne-Marie Filaire accomplit un travail de mémoire en allant au devant des endroits les plus fragilisés dans la sécurité temporaire des zones minées où réside un danger. « Le temps qui est le véhicule de l’oubli est aussi celui de la trace et l’immobilité, loin d’être une parure trompeuse, devient la réserve silencieuse où tous les signes sont inscrits » écrit Jean-Christophe Bailly dans son introduction.


Le travail d’Anne-Marie Filaire, tourné vers le paysage, se situe particulièrement dans les zones dites « frontières », au Moyen-Orient, en Asie du Sud-Est, en Afrique de l’Est et en Europe. Ses recherches l’ont amené à s’intéresser à la question de la construction d’espaces intimes dans différents contextes : l’Égypte, la Palestine et les Émirats Arabes unis. Ses œuvres figurent dans de nombreuses collections publiques. Elle enseigne la photo à Sciences Po Paris et à l’IEP du Havre.

Jean-Christophe Bailly est écrivain, poète, dramaturge, auteur d’essais sur l’art, docteur en philosophie, enseignant à l’École nationale supérieure de la nature et du paysage de Blois.

Géraldine Bloch est commissaire d’expositions et auteure indépendante. Elle a travaillé dans de nombreuses institutions dédiées aux arts visuels et se dédie depuis quelques années essentiellement à la création au Maghreb et au Moyen Orient. Elle a organisé la 1re biennale des photographes du monde arabe MEP/ IMA 2015 et travaille actuellement sur un nouveau festival de photographie en Tunisie.